Sauvegarde de Brocéliande : nos actions curatives.

En cas d’incendie dans le secteur de Brocéliande, ce sont les centres de secours de Campénéac, Ploërmel, Mauron, Guer, Gaël, Plélan-le-Grand, Montfort-sur-Meu, Saint-Méen-le-Grand, que l’on retrouve en première ligne.

Si l’association de Sauvegarde du Val sans retour et de Brocéliande prend toute sa part dans la prévention contre les risques d’incendies, en particulier en s’engageant dans les travaux de débroussaillage, entretien des voies d’accès, etc, elle est également à l’origine d’un dispositif original mis en place sur une idée de Paul Anselin : les Casquettes rouges.

L’idée du Président de l’association était de faire appel à des acteurs locaux connaissant bien les lieux et capables de guider les secours sur les chemins d’accès, point d’eau, etc. L’expérience s’est révélée concluante et s’inscrit dans le cadre de la loi du 13 août 2004 portant sur la modernisation de la Sécurité civile.

Elle a donné lieu à la création de ce qui est donné d’appeler la Réserve intercommunale. Elle a pour missions la préparation et l’information de la population face aux risques, son soutien et assistance au public et l’appui logistique auprès des sapeurs-pompiers. La particularité du dispositif mis en place sur le secteur de Brocéliande par l’association de Sauvegarde du Val sans retour tient au fait que la structure qui s’est constituée est intercommunale et même interdépartementale. C’est sans doute la seule structure de ce type en France. Au sein de cette Réserve intercommunale, on distingue deux familles liées à une même cause :

  • Les «Casquettes rouges» dont le rôle est inchangé depuis leur création. Les bénévoles ont leur rôle de guidage.
  • Les agriculteurs qui trouvent leur place dans la chaîne hydraulique au profit des sapeurs-pompiers avec leurs tonnes à eau. Ils apportent aussi un soutien technique avec différents matériels et engins agricoles (griffes, tracteurs, pelles, etc). Une quarantaine d’agriculteurs est partie prenante.